Fondements théoriques de la médecine chinoise

Avant d’étudier les fondements théoriques de la médecine chinoise, il faut passer par quelques informations historiques.

Un peu d'histoire

Représentation des méridiens d'acupunctureLes débuts de l’histoire de ce que nous appelons la médecine chinoise sont un peu flous. De façon générale, l’image qu’en donne les érudits, est celle d’une période de grande effervescence intellectuelle. Un des aspects importants de cette nouvelle synthèse a été la reconnaissance accrue du rôle du méridien dans l’intégration du corps à son environnement au sens large. Cette reconnaissance est en partie due aux philosophes, aux médecins et aux politiciens naturalistes qui ont mis en place une vision du monde qui remettait les êtres humains et les structures sociales au centre de la nature et de l’univers tout entier.

ll a fallu alors, au moins en théorie, jeter des ponts entre la politique et la philosophie naturaliste. Le but était de créer un gouvernement qui soit en harmonie avec les mouvements du ciel et de la terre. Une force motrice essentielle, dans cet effort, à été la légitimation de la dynastie naissante des Han. Les premiers empereurs croyaient que collaborer aux efforts de catégorisation et de standardisation de la culture reçue en héritage pouvait renforcer leur propre légitimité.

Le Classique Interne

Pour les étudiants de la médecine chinoise, le résultat le plus important se trouve dans le Classique interne. Pendant des siècles ont été compilées des informations qui ont été standardisées et qui ont conduit à l’innovation. Dans ces textes, on y décrit un réseau dans lequel le Qi et le sang circulent dans un système de méridiens qui intègre les organes internes dans l’environnement extérieur. Cette idée a été conçue dans une langue bien différente de celle qui existe aujourd’hui, même en Chine. Cette langue de la Chine antique, mettait un accent particulier sur les relations, mettant l’individu dans le contexte du tout. En fait la pensée contextuelle de l’époque était plus contextuelle que linéaire. En conséquence, cette théorie s’intègre au sens large dans l’apprentissage de la médecine chinoise.

Les trois concepts fondamentaux de la médecine chinoise sont décrits dans le classique interne.

Les trois concepts fondamentaux

Ces trois concepts, réunis en un seul système sous la dynastie des Han, forment la base des principes organisationnels de la médecine chinoise. C’est une coutume typiquement chinoise que de voir ces trois concepts fondamentaux comme interdépendants; chacun aide et influence les autres.

Ce sont :

  1. Le Yin et le Yang et la théorie des cinq éléments
  2. La théorie des organes internes
  3. La théorie des méridiens 

Le Yin et le Yang et la théorie des cinq éléments représentent le langage de base de la médecine chinoise. Dans cette partie on va catégoriser les différentes parties du corps, les maladies et les principes de traitements fondamentaux.

La théorie des organes catégorise la physiologie et la pathologie. Elle est surtout essentielle à l’élaboration d’un traitement.

Enfin, en médecine chinoise, la théorie des méridiens décrit le réseau qui permet aux autres théories de prendre vie. Elle intègre les organes internes et relie le corps au monde au sens large.

Un processus de standardisation de la médecine chinoise à eu lieu à partir des années 40, jusqu’aux années 70. On a vu naître un mouvement d’épuration de la terminologie et de la théorie dans les diverses branches du traitement par le médecine traditionnelle chinoise. Pour ce qui est de l’acupuncture, cela est revenu à abandonner, sous de nombreuses formes, le cadre théorique dans lequel on l’avait pratiqué pendant des millénaires. 

En conséquence, au cours de ces dernières décades, l’acupuncture, en chine et partout, a perdu de son efficacité parce que la compréhension de ses mécanismes traditionnels a baissé. De nombreux étudiants actuels en médecine chinoise trouvent que leur formation insiste beaucoup sur la théorie des organes et consacre moins de temps à celle du yin-yang et des 5 éléments. D’un autre côté, les étudiants ayant une formation d’acupuncture de type moderne, concentrée sur les 5 éléments, ont une formation moindre sur le rôle central des organes et de la phytothérapie. Et pour ces deux styles d’orientation de la médecine « orientale » actuelle, la théorie des méridiens est un sujet de second plan.

Notre formation s’inscrit dans le « style moderne d’acupuncture privilégiant les méridiens ».

CCME

Rue du Bourdon 100
1er étage
1180 Uccle
+32 477 26 08 11

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Newsletter

Politique de confidentialité Politique des cookies